Créateur de bonheur / Bonheur de créer!

La créativité, c’est l’intelligence qui s’amuse. Einstein

Je me lève tôt ce matin, le ciel est mauve, je viens de respirer, je suis présente à ce qui est, je me laisse infuser dans le silence en préparant la tisane du matin. Je suis ouverte, je perçois tout. Dans chaque feuille d’ortie, chaque pétale de camomille, chaque fleur d’hysope, je vois le chemin du jardin à ma tasse. Je me revois au printemps mettre les herbes en terre , en prendre soin, les cueillir à l’automne, les sécher, les mettre en pot, les étiqueter amoureusement. Cette tisane est pure création. Je savoure mon infusion avec reconnaissance.

Je prépare mes rôties, je sors un pot de compote de pommes. Je la goûte. Incroyable comme c’est bon, ça goûte le bonheur ! Je la hume pour me rappeler ce que j’ai mis dans cette compote pour qu’elle soit si délicieuse. Pommes, raisins secs (les Thompson, mes préférés), anis étoilé (juste une, c’est fou ce qu’elle parfume), un bâton de cannelle et du sirop d’érable (Wow !). Vue sous le thème de la créativité, je suis fière de mon œuvre. Quelle artiste de la compote je suis !

Sur le frigidaire, un collage fait par mon amoureux et mes petites filles et sur le tableau au mur un collage de très jolies vaches, parce que j’adore les vaches, leur nonchalance et leur Vachecandeur. Et puis j’adore être avec mes petites enfants et leur grand-père, ensemble nous nous amusons beaucoup, nous cuisinons, nous peignons, découpons, inventons des histoires, jouons, faisons des films. Ensemble, nous sommes de grands créateurs, nous créons du bonheur.

Il y a autour de moi tant de grands créateurs. Mon amie Diane, qui a élevé la cuisine végétarienne au niveau de l’art, qui le fait humblement, souvent sans s’en apercevoir puisque c’est dans sa nature profonde. Dans sa cuisine, cette herboriste a réussi à mettre de la vie (ses germinations sont parmi les plus belles du monde), de la santé, de la beauté (vous devriez voir ses sushis) et du goût (divin). Chaque fois que nous sommes invités chez elle, nous savons que nous allons vivre une expérience, nous revenons pleins de sa vision, de sa générosité, de son art et de vitalité.

Mon amoureux, pour sa part, est un réalisateur, il n’est pas connu du grand public, mais c’est néanmoins ce qu’il est. C’est en lui et pour notre plus grand bonheur, il laisse ce talent se déployer. Pas besoin de millions pour faire des films, bien souvent il suffit de suivre les idées des petits génies que sont les enfants. Nous en sommes à notre troisième film, coécrit et scénarisé par les enfants qui accompagnent nos vies. Je repense à notre première œuvre collective « Le secret de la grange » https://www.youtube.com/watch?v=5qTB71G3Jsk, qui a été coécrit et scénarisé par Jeanne, Mathile et Océanne. Le point de départ de ce film : nous étions à la campagne et il y avait une grange désaffectée qui faisait peur aux petites filles. L’espace d’un après-midi, cette vieille grange est devenue un lieu de tournage, le point de départ d’un film et nous sommes devenus comédiennes, maquilleuses, scénaristes, caméramans. Quel intense moment de bonheur, le plaisir de jouer, d’être, de se laisser aller, de créer à partir de rien, à partir de tout.

CitationPour ma part, j’adore écrire; des textes, des articles, des publications spécialisées pour le travail, des formations, des ateliers, des présentations, des cartes, des chansons, des mots doux, sérieux, fous. Au fond, tout est prétexte pour écrire, j’adore le processus alchimique d‘écriture. Sentir que j’arrive à extraire et à mettre des mots sur ce qui est, bouillonne et palpite en moi et à l’extérieur de moi est un grand plaisir. Bien sûr, depuis le temps que j’écris, j’ai parfois le désir d’être publiée, j’en suis donc à rassembler mes écrits et à trouver le fil conducteur d’un livre qui est à émerger. Verra-t-il le jour ? Je ne sais pas, mais je goûte, chaque fois que je prends la plume, au bonheur d’écrire.

Nous arrivons tous en ce monde avec des dons et des talents. Je rappelle souvent à des jeunes que je côtoie dans le cadre de mon travail, l’importance, que dis-je, la nécessité d’être ce qu’ils sont, profondément, parce que personne d’autre ne le sera jamais à leur place. Un jour, une Amérindienne navajo m’a dit que chaque être humain naissait avec en lui « le feu sacré et que notre seule responsabilité, tout au long de nos vies, était de nourrir ce feu afin qu’il ne s’éteigne jamais ». Qu’est-ce qui nourrit notre feu sacré ? Qu’est-ce qui donne de la saveur à nos vies ? Qu’est-ce qui cherche à émerger, à être ? Dans les réponses à ces questions, se trouve, je crois, le terreau dans lequel se développe le germe de nos créations.Créer

Nous sommes tous des créateurs, pas besoin d’être de renommé pour célébrer au quotidien le plaisir de créer dans des gestes simples. Je suis toujours triste de voir à quel point nous nous dépossédons de nos dons et laissons la création à quelques « artisses », comme si créer appartenait à une catégorie de personnes et que toutes les œuvres devaient se retrouver dans les musées / théâtres / galeries / cinémas.

Chaque fois que je jardine, cuisine, cueille, transforme, écris, je me sens à la bonne place. C’est simple, facile et ça me comble. « Faites ce qui vous comble », dit le sage.

MR/2011

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.