La grande aventure!

« S’éveiller, c’est seulement se rendre compte de ce qui est déjà là… »

Qui es-tu, qui suis-je, que sais-je, où vais-je, les grandes questions que se posaient déjà les philosophes grecques voilà plus de 2000 ans et que nous nous posons toujours. Toutes les grandes philosophies et cultures nous rappellent que le secret du monde n’est pas caché au fond des mers ni au sommet de la plus haute montagne, mais au cœur de nous-mêmes et que c’est le plus grand des périples que nous avons à faire.

Marcheur, tu fais ton chemin en marchant, dit le poète Antonio Machada, nous rappelant que chacun a sa propre quête, son propre voyage à accomplir, parfois sans boussole et sans carte, parfois seul, parfois accompagné.Marcheur

Mais quelles sont au juste ces quêtes auxquelles nous sommes ou serons tous confrontés à un moment ou à un autre de nos vies? Dans le très beau livre « Le jeu du TAO *», nous retrouvons une liste des quêtes types, classée en quatre catégories, soit : « Les quêtes professionnelles et matérielles (réussir sa vie professionnelle, un projet, avoir un bon salaire, faire un travail intéressant, faire entendre sa voix, son opinion, voyager, changer de maison, guérir, prendre des risques, etc), les quêtes affectives (apprendre à aimer et à être aimer, gagner de l’assurance, de l’estime, de la confiance en soi et en l’autre, se réconcilier, pardonner, trouver l’âme sœur, fonder une famille, développer de bonnes relations, apprendre à communiquer, faire le deuil, etc), les quêtes spirituelles et philosophiques (trouver le meilleur de soi-même, être en contact avec l’invisible, méditer, prier, trouver la foi, être heureux, vivre la joie, être, lâcher-prise) et enfin les quêtes créatives, artistiques (créer, faire de la musique, inventer, réaliser, composer, cultiver un jardin, chanter, communiquer, danser, vivre, etc). »

Or, un des grands mystères et une des grandes beautés de la vie est que pour chacune de ces quêtes, et pour la majorité d’entre nous, les processus et les étapes soient semblables faisant surgir les mêmes questions de fond. Que cherches-tu, quels sont tes rêves, tes désirs et aspirations, quelles sont tes peurs, à quoi t’accroches-tu, quelles sont tes forces, tes limites, tes chaînes, quels sont les risques, que dois-tu laisser aller, qu’as-tu à offrir, à apprendre, qu’est-ce qui t’empêche de réussir, quels sont les obstacles en toi, autour de toi, quelles sont les opportunités, les signes, etc. Qu’est-ce qui t’empêche de découvrir, enfants le sautd’expérimenter, de te transformer, de laisser place à ce qui palpite à l’intérieur de toi? Lors d’un atelier que j’ai fait il y a plus de 15 ans, mais dont les enseignements sont encore vivaces dans ma vie*, la femme au regard vaste qui animait, nous rappelait que pour chaque étape importante de nos vies, chaque saut dans le vide, chaque risque que nous devions prendre, le même processus se répétait sans cesse. Je le résumerais ainsi :

Les sept (7) portes de passage qui constituent les étapes de tous changements, de toutes transformations.

1ère porte
Le doute, la peur. Toujours présents au début. Faisant partie de toutes nouvelles aventures. Ne tente pas de t’en défaire, apporte-les avec toi.

2ème porte
La confirmation de ta quête. Un signe qui vient confirmer ce que tu pressentais en toi.

3ème porte
Un écueil du destin. Pour éprouver ta foi, ta confiance. Pour apprendre à aller dans l’ombre et te relever.

4ème porte
La sécurité. Tout baigne dans l’huile, tout est installé, tu as trouvé la sécurité. Tu ne souhaites plus bouger, tu pourrais mourir ici. C’est à ce moment que nous devons choisir entre la sécurité et l’inconnu.

5ème porte
Vouloir réaliser l’alchimie, mais sans expérimenter. Apprendre, comprendre, savoir plein de choses, mais sans les vivre. Comme le dit le sage: « Gardes toujours en toi intact l’espace du je ne sais pas parce que le savoir, c’est l’ennui » .

6ème porte
La rencontre de l’âme soeur, le désir de fusionner, de quitter ma propre quête pour suivre la tienne ou n’en faire qu’une. Je te reconnais, tu me reconnais, je fais un bout avec toi, mais sans laisser ma propre quête. Comme Khalil Gibran le dit; « Vous pouvez boire le même vin, mais chacun dans votre coupe ».

7ème porte
Être prêt à donner sa vie pour sa quête. « Le moment où tu veux mourir, où tu crois que tu ne seras jamais capable, c’est le moment. « Saute pendant que tu es vivant », comme le dit Kabir, un poète soufi.

Chacune de ces étapes fait écho en moi, chaque fois que j’ai eu à plonger dans l’expérimentation et la nouveauté, ce fût pour moi le début d’une grande aventure, celle de la conquête de mes territoires inexplorés, de lieux mystérieux et secrets, parfois apeurants et troublants, mais aussi vivants, denses et fascinants. Chaque fois, le jeu en a valu la chandelle. Il semble que de tout temps, de toutes quêtes, une constante semble se dégager, chaque personne doit affronter ses peurs, ses doutes et ses monstres pour découvrir la force, la bravoure, la confiance et la foi et il semble que sur ce chemin où nous passons tous, il n’y ait pas de raccourci possible, ni d’autres personnes pour le faire à notre place.

MR/2008

*Le Jeu du Tao : Comment devenir le héros de sa propre légende. Albin Michel

* Je crois que c’était dans le cadre de l’atelier « Légendes personnelles » avec Paule Lebrun, de Ho, rites de passage.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.