Bien veiller.

J’aime le mot bienveillance et celui qui en découle; bienveiller. J’aime le son, l’esprit qui habite dans ce mot, que révèle ce mot…

Devenir pour moi-même un témoin bienveillant, comme cela s’est produit cette nuit, sans rien juger, accueillant ce qui est. J’ai offert cela une bonne partie de ma vie aux autres comme intervenante, mère, grand-mère, directrice, et force est de constater que peu à peu j’ai appris à le vivre, en le partageant, l’enseignant. Ainsi, sans trop d’effort, j’y goûte de plus en plus. La récolte des grains semés est bel et bien amorcée. Cette nuit en regardant passer des pensées, de vieilles peurs de mère, sans jugement, en accueillant totalement cet aspect de moi-même que j’ai si souvent jugé, occulté, en l’aimant tout simplement; parce qu’accueillir totalement c’est aimer, quelque chose s’est pacifié. Amen! Alléluia!

J’aime vieillir, j’aime mes cinquante quelques années, j’aime que se dépose en moi, de plus en plus profondément, les graines que j’ai semées tout au long de mon chemin. Je suis dans une récolte de compassion, d’attente tranquille, d’assurance que tout ce qui est, tout est OK, digne d’être accueilli, doucement, sans tirer ni pousser. Une sagesse de jardinière s’installe, je ne la recherche pas, elle est. Je sais de l’intérieur, la matière est descendue dans la terre, compostée, amalgamée.

Bienveiller

Source Sam Carlo Facebook

Je sais qu’on ne tire pas sur les légumes pour qu’ils poussent, on les déracinerait, les mettant ainsi en péril. Je sais que si je veux récolter des concombres, je ne dois pas semer des radis, les graines de radis ne donnent jamais de concombres, je sais qu’il en est de même pour mes actions, mes pensées, le moindre de mes gestes. Vieil adage millénaire si plein de sagesse de paysan, «on récolte ce que l’on sème». Je l’ai expérimenté, dans toutes les sphères de ma vie, je suis donc de plus en plus attentive à ce que je sème. Je sais que je suis responsable de tout ce que je suis, de tout ce que je dis et je prends cette responsabilité, complètement, totalement. Ainsi, il m’apparaît clairement qu’il en est de même pour tous, ce qui me permet enfin de ne plus accepter n’importe quoi et de redonner aux autres tout le pouvoir et la responsabilité de leur vie, au grand complet. Paroles et actes. Quelle bénédiction que de se réapproprier sa vie et de laisser aux autres la leur en retour! Ça semble si simple, pourtant pour moi, ce fût un véritable défi de vie.

Le paradoxe, ou ce qui me semble en être un, est que je ne manque ni de compassion ou de compréhension devant les comportements inadéquats, la sottise ou la bêtise, mais je sais que comme être humain nous avons le choix, que nous sommes responsables de notre devenir. J’ai tant excusé, compris et de ce fait déresponsabiliser. Depuis peu, il me semble que ce soit derrière moi. Une bonne chose de fait, me dit celle qui aurait pu y laisser sa peau!

double facesCe qui est mystérieux et bon dans cet amour véritable où je ne prends rien qui ne m’appartiennent et assumant tout ce qui me concerne, tant mon ombre que ma beauté, c’est que je concède le même droit aux autres et accepte de plus en plus l’imperfection reliée à notre humanité. La vie, dans ce qu’elle a de merveilleux, est tout et son contraire. Écrire, réfléchir, c’est descendre en vrille en soi et laisser la spirale ouvrir des profondeurs insoupçonnées. C’est voyager, prendre des chemins de traverse, se perdre sur des territoires peu connus, pourtant explorés, parfois vierges, vertigineux et satisfaisant !

Définitivement, j’aime veiller et vieillir, à les écrire, on voit que ces deux mots sont proches parents. D’ailleurs n’est-ce pas ce que font les vieilles, elles veillent. Avec bienveillance et confiance, assises sur le bord de l’eau, regardant les plus jeunes s’égayer, avec la certitude que tout est OK.

MR/2013

4 réflexions au sujet de « Bien veiller. »

  1. Michele

    Bon, je ne les commenterai pas toutes ces belles lectures mais je voulais simplement te dire qu’elles tombent à point! Je me suis fait la promesse d’épurer mes semaines de toutes activités surperflues mais lire ton blogue, je l’ajoute volontier dans mes tâches quotidiennes! 🙂 très inspirant pour une maman de 30 ans qui se questionne tellement en ce moment! merci Manon! Xx

    Répondre
    1. Manon Rousseau Auteur de l’article

      Je suis si heureuse que cela résonne pour toi mais je ne suis nullement surprise. Love!

    1. Manon Rousseau Auteur de l’article

      Tellement heureuse Mimi que ce blogue nous donne l’opportunité d’être en lien. J’apprécie la femme que tu es et te reconnais même de loin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.